Les 5 blessures qui empêchent d’être soi même

Lise Bourbeau

Suite de l’épisode de la semaine dernière dans lequel je te racontais comment un échec m’a permis de me rendre compte que je me sens souvent rejetée.

Échec qui a mis le doigt sur ma blessure du rejet.

On va donc parler des 5 blessures de l’âme d’après Lise Bourbeau.

Dans son livre, Lise Bourbeau décrit de 5 blessures que nous aurions tous développées lors de nos 7 premières années de vie par rapport à nos parents.

C’est 5 blessures sont :

  • L’abandon
  • Le rejet
  • La trahison
  • L’injustice
  • L’humiliation

La manière dont nous avons réagi à ces blessures durant notre petite enfance déterminerait une série de comportements et de réactions que nous gardons une fois adulte.

Selon Lise Bourbeau, nous souffrons tous de 4 des 5 blessures : l’abandon, le rejet, la trahison et l’injustice.

Ces quatre blessures ont un lien entre elle :

  • l’injustice cache le rejet
  • la trahison cache l’abandon.

Trahison et injustice sont des blessures de force qui nous permettent de ne pas sentir le rejet ou l’abandon. En effet, celles dernières apportent beaucoup plus de souffrance.

A chaque blessure correspond un masque qu’on va porter inconsciemment. Ce masque est une manifestation de notre égo qui développe une série de comportements afin de nous protéger. Notre égo sert ainsi à faire en sorte que nous ne revivions pas cette blessure initiale.

Dans son livre, Lise donne une description exhaustive de chaque blessures. Elle leur associe une série de comportements, des peurs inhérentes à cette blessure ainsi que des caractéristiques physiques ou encore des maladies. Dans cet article tu trouveras une description brève des 5 blessures de l’âme.

Pour aller plus loin je t’invite à écouter le podcast et à consulter le travail de Lise Bourbeau.

L’abandon


La blessure de l’abandon se situe du niveau du faire et du avoir. Ceux qui en souffrent ne se sentent pas assez nourris affectivement, négligé ou abandonné principalement par le parent du sexe opposé.

Masque : dépendant

Peur : la solitude, l’abandon, la rupture

Description physique : potelé, mou, manque de tonus

Quelques caractéristiques du dépendant :

  • Victimisation : il se créé des problème pour attirer l’attention.
  • Dramatisation excessive : chaque problème prend des proportions gigantesques
  • Difficulté à accepter le refus : il insiste pour obtenir ce qu’il veut, quitte à utiliser la manipulation, la bouderie ou le chantage
  • Besoin de soutien constant : il demande constamment de l’aide, des conseils et du soutien
  • Ils ont souvent des hauts est des bas : il se sent souvent très triste sans raison apparente. La raison est sa peur de la solitude. Ces émotions négatives peuvent parfois mener le dépendant à penser au suicide.
  • Risques de devenir hystérique et/ou dépressif

Le rejet


Le rejet est la blessure qui fait le plus mal et qui est derrière toutes les grandes souffrances parce qu’elle touche à l’amour de soi et à la reconnaissance de sa vraie valeur. On se rejette au niveau de l’être.

Cette blessure se créé vis-à-vis du parent du même sexe : elle concerne souvent les enfants non désirés.

Masque : le fuyant

Peur : la panique

Description physique : mince, étroit voire maigre.

Quelques caractéristiques du fuyant :

  • Il s’isole et se rejette lui-même afin de se protéger : il est solitaire et discret
  • Il doute de son droit à exister : il ne comprend pas pourquoi il est en vie
  • Il pense qu’il n’a aucune valeur : il dit souvent qu’il est nul, il se dévalorise souvent et a tendance à se comparer à mieux que lui
  • Il se sent aimé quand les autres le comprennent
  • Il a besoin de la validation des autres
  • Il est perfectionniste : il pense que si il fait une erreur il se sera jugé et donc rejeté
  • Il ne se laisse pas aimer : il a du mal à accepter et à comprendre que quelqu’un puisse l’aimer réellement
  • Il a tendance à croire que tout ce qui lui arrive est de la faute des autres

La trahison


Cette blessure se déclenche au moment de l’œdipe,  quand le parent du sexe opposé dévalorise ou maltraite le parent du même sexe.

Masque : le contrôlant

Peur : la dissociation, la séparation, le reniement

Description physique : corps fort, musclé, puissant avec le regard intense.

Quelques caractéristiques du contrôlant :

  • Il aime se montrer fort, courageux, capable, responsable et digne de confiance
  • Ses interactions sociales sont basées sur la force, la domination, la manipulation et la séduction
  • Il a une forte personnalité : il juge rapidement, il est convaincu d’avoir toujours raison, il affirme ce qu’il croit, il a réponse à tout
  • Il s’arrange pour toujours avoir le contrôle sur les personnes et dans toute situation
  • Il veut sauver les apparences et sa réputation
  • Il peut être orgueilleux, hypocrite, manipulateur, impatient, agressif, colérique et lunatique
  • Perfectionniste et exigeant avec lui-même et les autres : il aime le travail bien fait, il est compétiteur
  • Il admet difficilement ses peurs et ses erreurs : il ne se confie pas et ne montre ni sa sensibilité ni ses faiblesses
  • Rancunier : il a du mal à faire confiance et à pardonner, il coupe facilement les ponts

L’injustice


Cette blessure se crée quand l’enfant est élevé par des parents autoritaires, sévères, critiques et froids. Il a alors du mal  à s’exprimer et être lui-même.

Masque : le rigide

Peur : la froideur

Description physique : corps bien équilibré et proportionné, manque de souplesse et de flexibilité

Quelques caractéristiques du rigide :

  • Il réprime ses émotions : il semble froid et imperturbable
  • Le bien et le mal sont importants pour lui : il recherche la justice à tout prix
  • La notion de mérite est cruciale : il doit mériter tout ce qui lui arrive
  • Il est perfectionniste et veut se montrer parfait tant dans les actes que les paroles
  • Débrouillard : il garde ses difficultés pour lui et demande rarement de l’aide
  • Grande capacité de contrôle : il est exigeant avec lui-même dans tous les domaines de sa vie
  • Il ne connaît pas ses limites : il ne s’écoute pas, se repose peu et est rarement malade
  • Maniaque
  • Difficultés à montrer son amour et à se laisser aimer

L’humiliation


L’enfant s’est senti humilié par ses parents. Il a manqué de liberté à cause du contrôle permanent de ses parents. L’enfant se pense sans cœur, malsain et pervers.

Masque : le masochiste

Peur : la liberté

Description physique : corps honteux, gros voire obèse

Quelques caractéristiques du masochiste :

  • Il trouve du plaisir et de la satisfaction dans la souffrance
  • Il se dévalorise et s’humilie sans cesse
  • Il se moque de lui-même en faisant rire les autres : c’est une façon de s’humilier et de se rabaisser
  • Il veut se montrer performant et solide
  • Il prend beaucoup de responsabilités et se créé des contraintes 
  • Il a du mal à exprimer ses vrais sentiments et besoins
  • Il se croit responsable du malheur de ceux qu’il aime
  • Il ne connaît pas ses limites et risque de tomber dans l’excès : excès de nourriture, de boisson, de travail ou d’achats
  • Il culpabilise si il prend du plaisir

La guérison des 5 blessures de l’âme


En résumé, la guérison des 5 blessures passe par 4 étapes essentielles :

  1. Prendre conscience des masques que tu portes : t’observer avec bienveillance et déterminer les déclencheurs qui font que tu réagis un peu trop fort.
  2. Prendre tes responsabilités : arrêter de subir ta vie et arrêter de blâmer les autres ou les circonstances extérieures pour tout ce qu’il t’arrive.
  3. Reconnaître ta souffrance sans la juger : te regarder avec bienveillance et compassion, sans jugement et apprendre à t’aimer réellement. Tu dois te donner le droit d’être imparfait et d’échouer sans laisser ton ego te juger et te punir constamment.
  4. T’écouter : reconnaître tes vrais besoins et y répondre en laissant ton ego de côté

Pour aller plus loin, je te renvoie au podcast.

Ressources

Comme promis, voici les différentes sources que j’ai consultées pour écrire ce podcast :

Et toi, quel masque portes-tu le plus souvent ?

Pour ne rien manquer :

Inscris-toi à la newsletter Rejoins-moi sur Instagram Sur le groupe Facebook

2 commentaires

  • Kyam

    Le rejet et l’injustice pour moi. C’est très vrai sauf la victimisation, je rejette rarement la faute sur les autres mais avant tout sur moi.

    • Erissera

      Quand j’étais plus jeune j’avais tendance à rejeter la faute sur les circonstances extérieures. Maintenant je suis un peu comme toi, je me juge souvent durement.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *